Un conseiller à votre écoute au 0 973 019 208 7 jours sur 7, de 9h30 à 19h

rappel gratuit

 

Comment obtenir le meilleur taux d’intérêt ? Les établissements financiers qui accordent un prêt immobilier ont besoin d’être rassurés. C’est dans cette optique qu’un dossier de crédit se travaille, afin de négocier le meilleur taux d’intérêt possible. Plusieurs points sont ainsi à surveiller.

Calculer son taux d’endettement

La règle des 33 %, limiter son endettement au tiers de ses revenus, représente le montant maximum que vous allez pouvoir rembourser chaque mois. Bien sûr, plus vous serez loin de cette « barre symbolique », plus vous passerez pour un client fiable pour les banques, et plus vous obtiendrez un taux intéressant.
Commencez donc par solder, si vous en avez la possibilité, les crédits à la consommation qu’il vous reste à rembourser. Si ce n’est pas possible, allongez leur durée — en passant par un courtier par exemple, ou en contactant directement l’établissement prêteur — pour diminuer le montant des remboursements et, par conséquent, votre taux d’endettement.
 

Déterminer son reste à vivre

Lorsqu’on leur présente un dossier pour obtenir un crédit immobilier, les banques regardent les relevés de comptes des trois derniers mois. Pour obtenir un taux d’emprunt compétitif, il convient de leur montrer que la gestion de votre budget est saine, et que votre reste à vivre est largement suffisant pour couvrir vos besoins quotidiens. Cela signifie qu’il faut éviter à tout prix les découverts ! Pour ce faire, réduisez au maximum les frais inutiles durant les trois mois qui précéderont le dépôt du dossier. C’est un effort, certes, mais qui peut vous faire gagner de l’argent sur la durée…
 

Constituer son apport personnel

Acquérir un bien immobilier représente des frais, qui dépassent le simple prix de la transaction : il faut rémunérer le notaire, s’acquitter de la taxe foncière au prorata de l’année en cours (la payer à moitié par exemple si le compromis de vente est signé en juillet), éventuellement faire quelques travaux… Or, les banques préfèrent les clients auxquels elles ne doivent pas prêter plus de 100 % de la valeur de l’achat. Elles les « récompensent » avec des taux d’intérêt plus intéressants, car elles prennent moins de risques.

La solution, c’est de valoriser auprès de l’établissement bancaire un apport personnel conséquent. Il peut s’agir d’une somme épargnée dans le temps sur un livret A, de la valeur d’un PEL, d’un don (ou prêt) familial, d’un héritage (touché ou à venir), d’une prime professionnelle débloquée par anticipation… Parlez-en avec votre famille, votre employeur ou votre conseiller bancaire. Il existe de multiples solutions !

Exercer un emploi stable

Les banques et les risques, cela fait deux. Elles préfèrent les clients qui peuvent justifier d’un emploi stable (en CDI, ou, mieux, dans la fonction publique) dans un secteur porteur. Ainsi, si vous avez plusieurs années d’ancienneté dans votre travail, vous serez en meilleure position pour obtenir un taux d’emprunt intéressant.
Vous êtes en CDD ? Cela ne vous exclut pas forcément de l’emprunt. À vous de démontrer qu’il s’agit d’un choix qui ne vous a jamais mis en difficulté, ou d’une caractéristique de votre secteur d’activité. En revanche, les banques pourraient ne pas vous proposer les meilleurs taux…