Un conseiller à votre écoute au 0 973 019 208 7 jours sur 7, de 9h30 à 19h

rappel gratuit

 

Faut-il négocier son prêt avec son banquier ou avec un courtier ? Emprunter pour acheter sa maison ou pour investir, c’est s’engager pour un long moment : en France, la durée moyenne des crédits immobiliers est, selon Crédit Logement, de 17,67 ans !

C’est dire à quel point il est capital de bien préparer sa demande de crédit. Pour cela, il existe deux solutions : le courtier et le banquier. Petite comparaison.

Le courtier, un gain de temps non négligeable

Monter un dossier pour obtenir un crédit immobilier demande du temps : il faut réunir un certain nombre de pièces, trouver les bons justificatifs, prouver sa capacité à rembourser les sommes empruntées dans la durée… Le principal avantage du courtier ? Le gain de temps qu’il représente.

Le rôle du courtier en crédit immobilier est en effet de présenter votre dossier à plusieurs établissements financiers, pour vous aider à obtenir la meilleure proposition. Ainsi, il suffit de réunir une seule fois les pièces nécessaires, et c’est lui qui se chargera de défendre votre cas (et de négocier) face aux banques !
Le courtier permet également de réaliser des économies non négligeables. Il a en effet accès à des taux généralement très intéressants, en raison de volume de clients qu’il apporte aux banques — et aussi parce qu’il les met en concurrence. Etant un professionnel du financement, le courtier peut également trouver des montages financiers plus pertinents, auxquels toutes les banques ne pensent pas forcément.

Si vous choisissez de recourir aux services d’un courtier, faites cependant attention aux points suivants :

  • tous les courtiers ne travaillent pas avec tous les établissements bancaires, vérifiez ceux auxquels votre prestataire n’a pas présenté votre dossier
  • préférez un courtier qui a « pignon sur rue », ou qui vous a été recommandé par une connaissance
  • intéressez-vous à son mode de rémunération (la « commission » ou les « frais de courtage »). Ils sont souvent intégrés au financement obtenu, et représentent en moyenne 1 % du montant de l’opération
 

Le banquier, ce partenaire historique

C’est un réflexe compréhensible : de nombreux emprunteurs potentiels se tournent d’abord vers leur banque pour obtenir un prêt immobilier. Il faut dire que la démarche présente certains avantages :

  • votre banque vous connaît, elle dispose d’un recul sur plusieurs années sur vos dépenses et vos capacités de remboursement
  • le dossier peut de fait avancer assez vite
  • elle a tout intérêt à vous proposer un financement intéressant pour éviter que vous n’alliez « voir ailleurs »
  • les conseillers disposent souvent d’une réelle marge de manœuvre

Pourtant, les banques ne sont pas toujours les mieux placées en matière de taux d’emprunt immobilier — il existe notamment des établissements financiers qui ne font « que » de l’immobilier, comme le Crédit Foncier par exemple. De plus, les montages qu’elles proposent ne sont pas toujours optimisés.

Le mieux ? Obtenir une première proposition de la part de votre banque, puis consulter un courtier pour voir ce qu’il peut obtenir — en général, son montage sera plus intéressant. Puis retourner voir votre banque historique pour lui demander de s’aligner !