mes favoris

Tout va bien pour l’immobilier neuf à Toulouse !

L’immobilier neuf a le vent en poupe dans la ville rose. En 2019, les ventes de logements neufs à Toulouse ont marqué une hausse de 6 %.

Publié le 04/02/2020

toulouse-4747440_1920.jpg

Toulouse

 

L’immobilier neuf a le vent en poupe dans la ville rose. En 2019, les ventes de logements neufs à Toulouse ont marqué une hausse de 6 %. La préfecture de Haute-Garonne continue d’attirer les investisseurs, qui représentent deux tiers des acquéreurs. Les mécanismes d’accession aidée soutiennent également cette belle dynamique du marché immobilier toulousain. Ville étudiante, éligible à la loi Pinel, Toulouse a de belles cartes à jouer pour séduire les acheteurs potentiels. 

 

Ventes de logements neufs : belle performance en 2019

Le marché de l’immobilier neuf toulousain a réalisé une très belle année 2019. La vente de logements neufs a progressé de 6 %, avec un total de 4 720 transactions conclues. Même phénomène — plus modéré — sur l’aire urbaine, composée de 453 communes, avec une augmentation des ventes de 2 % en un an. Le décryptage de cette tendance positive met à jour plusieurs réalités. En premier lieu, les acquéreurs sont en grande majorité des investisseurs. 

Ces derniers représentent deux tiers des acheteurs. La vitalité économique et démographique de Toulouse et son importante population estudiantine, en font un lieu privilégié pour de l’investissement locatif. En deuxième lieu, les ventes de logements neufs aux propriétaires occupants ont fortement augmenté, portées par les mécanismes d’accession aidée type PSLA, ou TVA réduite à 5,5 %. 

 

Les bonnes raisons d’investir dans le neuf à Toulouse 

Avec près de 471 941 habitants sur l’agglomération, Toulouse ne cesse de démontrer son dynamisme économique. Chaque année, la ville rose accueille près de 15 000 nouveaux arrivants. Loin de se démentir, cette attractivité ne cesse de se confirmer. Comment expliquer un tel engouement ? Le climat doux et ensoleillé du sud de la France bien sûr, mais pas uniquement. Fer de lance économique de la région Occitanie, Toulouse constitue le lieu d’implantation de grands groupes, notamment dans le secteur aéronautique avec le géant Airbus. C’est aussi le centre névralgique d’un tissu entrepreneurial dynamique très pourvoyeur d’emplois. Cette activité économique explique en partie l’installation de nouveaux résidents chaque année. 

Autre constat : la qualité de vie toulousaine, immédiatement saluée par les nouveaux arrivants. Ses ruelles pavées, sa convivialité, ses bars animés, sa culture, son canal du Midi, ses places avec ses terrasses ensoleillées : Toulouse ne manque pas d’atouts. Les étudiants ne s’y sont d’ailleurs pas trompés. De nombreux jeunes choisissent Toulouse et son ambiance festive pour poursuivre leurs études supérieures. Ce statut de ville étudiante contribue aussi à faire de Toulouse une ville où il fait bon investir. En effet, la manne d’étudiants recherchant chaque année une solution d’hébergement, est la garantie d’une demande locative renouvelée. 

Investir dans le neuf à Toulouse assure un taux de vacance locative très bas, au regard du déséquilibre actuel entre l’offre et la demande. Acheter un bien immobilier neuf à Toulouse pour le mettre en location, permet aussi sous conditions, de bénéficier des avantages fiscaux liés à la loi Pinel. En effet, Toulouse et son agglomération sont classées en zone B1 et donc éligibles au dispositif de défiscalisation. La perspective de pouvoir obtenir une réduction d’impôts tout en se constituant un patrimoine, séduit les investisseurs. 

 

Une offre en baisse et des prix en hausse 

Si les chiffres des ventes aux particuliers restent très satisfaisants, les observateurs notent qu’ils auraient pu être encore meilleurs, si le marché avait été suffisamment alimenté en nouveaux produits. En effet, face à la demande croissante, le stock de logements neufs disponible ne cesse de diminuer. En 2019, les mises en vente de biens immobiliers neufs ont marqué une baisse de 2 % par rapport en 2018. Cette diminution s’établit même à -7 % sur l’ensemble de l’aire urbaine toulousaine (6 666 logements neufs proposés à la vente contre 7 200 en 2018). 

Confronté à un afflux toujours massif d’investisseurs, difficile de suivre la cadence pour les promoteurs immobiliers. L’immobilier toulousain victime de son succès ? Il semblerait. Et la conséquence directe, inexorable et mécanique d’une offre insuffisante : l’augmentation des tarifs du marché. Le prix du mètre carré se négocie désormais à 4 040 euros (selon l’Observer), la barre symbolique des 4 000 euros du mètre carré ayant été franchie en fin d’année 2019. La hausse des prix s’établit à 5 % par an en moyenne, à Toulouse et au sein de son aire urbaine.