mes favoris

Les projets immobiliers des français évoluent avec la crise sanitaire

Côté projet immobilier, faut-il s’attendre à un avant et un après confinement ? C’est ce qui semble se dessiner ! Un logement plus spacieux, comprenant un espace extérieur, la période de confinement a fait naître des envies d'ailleurs.

Publié le 05/25/2020

projets immobiliers

Les projets immobiliers évoluent

 

Côté projet immobilier, faut-il s’attendre à un avant/après confinement ? C’est ce qui semble se dessiner, selon plusieurs études menées auprès des ménages français. Si deux tiers des foyers prévoient de maintenir leur projet d’achat immobilier après la crise sanitaire liée au coronavirus, leurs critères de sélection du bien parfait ont changé. De nombreux Français envisagent de s’installer dans un logement plus spacieux, avec un espace extérieur et cherchent à se rapprocher de la nature, en habitant à la campagne ou près de la mer. 

 

Achat immobilier : pas de report pour 63% des Français 

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour endiguer la propagation du virus Covid-19 en France ont entraîné un gel total des activités des professionnels du secteur (plus de visites de biens immobiliers, des dossiers de crédit en stand-by, signatures d’actes reprogrammées en post-confinement). Toutefois, plusieurs indices laissent espérer une reprise à moyen terme. 

En effet, 63% Français ne comptent pas abandonner leur projet immobilier et envisagent de reprendre leurs démarches dès la fin du confinement. 

En matière d’immobilier, 66% des vendeurs et des acquéreurs potentiels affichent un réel optimisme, comme le souligne l’étude menée par Se Loger et l’Observatoire du Moral Immobilier (OMI). En revanche, les 6 semaines consécutives de confinement ont amené les foyers français à s’interroger sur la capacité de leur habitat à répondre à leurs besoins, à repenser leur aménagement, voire, pour 20% d’entre eux, à envisager un déménagement.

 

Balcon, jardin : l’importance de l’espace extérieur post-confinement 

Sans surprise, le manque de m² a généré une véritable souffrance chez de nombreux citadins. Se sentant à l’étroit dans un logement, devenu à la fois, leur maison, leur bureau et l’école de leurs enfants, beaucoup de Français se sont mis à rêver d’appartements ou de maisons plus spacieux. À la suite du confinement, 57% d’entre eux ont choisi de faire évoluer leur projet immobilier. Premier changement : disposer de plus de place, quitte à s’éloigner des hypercentres urbains. 

Enfermés, l’absence d’espace extérieur a également suscité un certain mal-être. La présence d’un balcon, d’une terrasse ou d’un jardin est ainsi devenue un critère de choix prioritaire pour 36% des Français. Pour l’achat d’un appartement ou d’une maison neuve, la proximité du lieu de travail n’apparaît plus nécessairement décisive pour 17% des sondés, conséquence de la pratique du télétravail durant la période de confinement. 

 

Le rêve de la maison à la campagne : envies de calme et de nature

Le choc du Covid-19 et les mesures de confinement, amènent de nombreux Français à s’interroger sur leur mode de vie. L’adéquation entre leur logement et leurs aspirations profondes est bien au cœur de leurs réflexions, avec une constante : l’envie de se rapprocher de la nature, en s’installant à la campagne. 

La crise du coronavirus pourrait donc booster l’attractivité des zones rurales ou périurbaines. Les professionnels de l’immobilier constatent déjà un regain d’intérêt des acheteurs potentiels pour les maisons situées à la campagne. 

Signe qui ne trompe pas : l’inversement du ratio des recherches sur les portails d’annonces immobilières. Avant confinement, les requêtes se partageaient 50/50 entre appartements et maisons avec jardin. À contrario, actuellement, les maisons à vendre avec un espace extérieur concentrent 60% à 65% des recherches. 

Autre constat du site Se Loger.com, relayé par les Echos, une appétence pour la province, notamment pour certaines régions du littoral comme la Bretagne. La consultation des annonces pour un logement en bord de mer a fortement augmenté, au détriment des appartements parisiens. 

Ces envies de nature et de grands espaces perdureront-elles à l’issue du confinement ? La reprise de la vie scolaire, des activités commerciales et culturelles va-t-elle changer la donne ? Difficile de le prédire. Toutefois, si ces nouvelles attentes s’inscrivaient dans la durée, le marché immobilier pourrait connaître des changements majeurs.