mes favoris

Crédit immobilier : des taux toujours intéressants et de nouvelles conditions d’accès

Des taux d’intérêt au plus bas en février, des conditions d’accès aux crédits immobiliers assouplies par l’HCSF… autant d’indicateurs positifs pour les futurs acquéreurs.

Publié le 03/19/2021

key-2114455_640.jpg

Crédit immobilier

En dépit de la crise sanitaire, le début de l’année 2021 semble propice à l’achat immobilier, et ce, même pour les ménages modestes. D’une part, les taux des crédits immobiliers pratiqués début février marquent une très forte baisse – atteignant des seuils inférieurs au niveau de décembre 2019. 

D’autre part, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a assoupli le taux d’endettement maximal toléré pour l’obtention d’un prêt immobilier, faisant passer ce taux fatidique de 33 % à 35 %. Même si certaines banques se montrent encore réticentes à appliquer ces nouvelles directives, la conjoncture actuelle se révèle favorable à l’achat immobilier. 

Prêt immobilier : des taux d’intérêt au plus bas en février

En ce premier trimestre 2021, les courtiers immobiliers ont constaté une diminution des taux des crédits immobiliers. En février dernier, les taux sont même descendus en dessous du plancher symbolique atteint en décembre 2019. Selon le courtier Pretto, les taux moyens des emprunts immobiliers s’établissaient en février à 0,84 % sur 15 ans, 1,01 % sur 20 ans ou encore 1,26 % sur 25 ans. 

Pour les meilleurs profils d’emprunteurs, le taux d’intérêt assorti au crédit pouvait même se fixer à moins de 1 %. Les établissements bancaires et organismes prêteurs pratiquent des taux historiquement bas en ce début d’année 2021. Ces records à la baisse s’expliquent notamment par le haut niveau d’épargne des Français (21 % en 2020), qui pousse les banques à proposer des offres de prêt très attractives. La crise sanitaire a poussé les particuliers à économiser pour conforter ce « matelas » de sécurité.

Crédit immobilier : des conditions d’octroi assouplies par l’HCSF

Autorité macroprudentielle française, le Haut Conseil de Stabilité Financière a pour rôle de surveiller le système financier dans son ensemble. En décembre 2020, cette instance a formulé des recommandations relatives aux conditions d’octroi des crédits immobiliers.

Afin de soutenir le pouvoir d’achat des ménages, dans un contexte sanitaire et économique compliqué, l’HCSF a décidé d’assouplir le taux d’endettement maximum des ménages autorisé dans le cadre de l’attribution d’un prêt immobilier, en le faisant passer de 33 % à 35 %. Ces recommandations ont fait l’objet d’une publication officielle le 27 janvier 2021. L’objectif de l’HCSF ? Faciliter l’accès au crédit immobilier des particuliers.

 

Residence_34871_01.jpeg

immobilier neuf

Pour rappel, le taux d’endettement correspond au ratio entre charges fixes (remboursement de crédits…) et le reste à vivre des ménages. Jusqu’en janvier, au-delà de 33 %, les banques considéraient que le risque d’insolvabilité des clients trop élevé, ce qui motivait un refus de prêt. 

Désormais, le curseur est donc placé à 35 %, ce qui augmente mécaniquement le nombre de ménages pouvant accéder à un crédit immobilier. Sur le papier du moins, car, dans les faits, peu de banques ont déjà revu leurs conditions d’octroi. Pour remédier à cette frilosité, l’HCSF compte rendre ses recommandations obligatoires dès l’été 2021.

Le bon moment pour réaliser un achat immobilier

Si vous n’êtes pas encore propriétaire de votre résidence principale ou si vous souhaitez investir dans l’immobilier pour faire fructifier votre argent, 2021 semble le bon moment pour concrétiser un projet immobilier.

Faisant un véritable pied de nez à la crise sanitaire, l’immobilier se porte bien, rassurant encore et toujours face à l’instabilité économique ambiante. Les records à la baisse des taux des crédits et à l’augmentation du taux d’endettement autorisé pour l’octroi d’un crédit favorisent l’accès au crédit immobilier, condition sine qua non pour réaliser un achat immobilier. Vous envisagez d’acheter un logement neuf pour le louer ? En fonction du secteur et de critères liés au logement et au locataire, vous pouvez parallèlement bénéficier à une réduction d’impôts grâce à la loi Pinel, reconduite jusqu’en 2022.